Le christianisme


Généralités

Le christianisme est fondé sur l'enseignement de Jésus incarnant le Christ. Il a profondément marqué la culture occidentale.
Secte née dans le judaïsme, le christianisme est devenu la religion du monde la plus répandue. Le regroupement des disciples de Jésus de Nazareth s’est opéré dans la continuité de la secte des disciples de Jean-Baptiste: on devient chrétien par le baptême.
Les chrétiens sont estimés à environ 1,7 milliard, répartis en 990 millions de catholiques, 360 millions de protestants et 160 millions d’orthodoxes. A titre d'information, on dénombre 17 millions de juifs.

Histoire du christianisme

Les paroles de Jésus, ses faits et gestes, ont été transmis par ceux qui ont écrit les Evangiles. La résurrection de Jésus le dimanche de Pâques a été le miracle à l'origine des premiers juifs chrétiens, qui se sont regroupés en une nouvelle communauté à Jérusalem, la première Eglise.

Jérusalem est restée le centre du mouvement chrétien jusqu'à la destruction de la ville par l'armée romaine en 70 après J-C. Le christianisme s'est alors répandu, gagnant les autres villes de Palestine. Les apôtres ont présenté le christianisme comme le prolongement des enseignements du judaïsme. Jésus était juif et le Nouveau Testament n'annule pas l'Ancien Testament.
Sous l'action de Paul, le christianisme s'est éloigné de ses racines juives vers la fin du 2ème siècle: le nombre des chrétiens d'origine non juive dépasse celui des juifs convertis au christianisme. Né juif et profondément engagé dans le judaïsme, Paul s'est converti au christianisme et s'est perçu comme désigné par Dieu pour porter la parole du Christ aux païens. C'est lui qui formule, dans ses Epîtres adressées aux premières Eglises chrétiennes, les idées et les termes qui ont constitué par la suite l'essentiel de la doctrine chrétienne. Saint Paul est considéré comme le "premier théologien chrétien".
Les Epîtres de Saint Paul et d'autres sources datant des deux premiers siècles révèlent l'organisation des premières Eglises, avec une transmission de pouvoirs par ordination, des premiers apôtres (y compris Paul lui-même) à des évêques et des prêtres prend naissance. A partir du 3ème siècle, les évêques se considèrent comme les successeurs des apôtres.

Des déformations (hérésies) apparaissent, notamment concernant la sainteté de Jésus : sa nature humaine étant selon les uns différente de celle des autres hommes, et selon d'autres n'étant pas aussi divine que celle de Dieu le Père. La doctrine de la Trinité (Le Père, le Fils et le Saint-Esprit) prend naissance, et sera consacrée par le concile de Nicée en 325 et le concile de Calcédoine en 451. Une théologie philosophique est élaborée par Saint Augustin.

La loyauté des chrétiens au Christ étant incompatible avec le culte des empereurs romains considérés comme des dieux, les persécutions n'ont pas tardé. Mais les chrétiens sont vite devenus des martyrs. Au début du 4ème siècle, le christianisme s'est tellement développé et consolidé que l'empereur Constantin le reconnaît, se convertit et fonde ainsi un empire chrétien rendant l'Eglise puissante. Pendant le 4ème siècle et le 5ème siècle, des moines chrétiens se consacrent à la prière et au service, dans l'empire mais aussi au-delà de ses frontières.

En 330, l'empereur Constantin transporte le siège de l'empire de Rome à Byzance. La nouvelle capitale, Constantinople (aujourd'hui Istanbul), devient le foyer intellectuel et religieux du christianisme oriental. Le christianisme occidental devient de plus en plus centralisé, avec à sa tête, le pape, évêque de Rome. L'empereur occupe à Constantinople une place prépondérante dans la vie de l'Eglise (convocation et présidence des grands conciles, où se définit la législation en matière de foi et de morale). L'Eglise et l'Etat sont liés, favorisant le développement de la culture chrétienne : la basilique Sainte-Sophie à Constantinople, par exemple, est construite par l'empereur Justinien en 538.

Une crise éclate au 8ème siècle au sujet des icônes dans les Eglises. L'empereur Léon III interdit le culte des images et entre en conflit avec les moines, farouches défenseurs des icônes.
La querelle des images menace le culte de l'Eglise d'Orient, sur lequel repose un art de vie et une croyance. Le mot orthodoxie, d'origine grecque, fait référence à la manière juste de rendre grâce à Dieu.
Le schisme entre les Eglises d'Orient et d'Occident se produit en 1054, Rome et Constantinople s'excommuniant mutuellement ; la rupture entre les Eglises d'Orient et d'Occident existe toujours.
La grande majorité des peuples slaves épousent la foi orthodoxe et se rattachent à l'Eglise d'Orient. L'orthodoxie slave gagne la Russie qui adopte les pratiques des monastères grecs du mont Athos.

Cela n'empêche pas le christianisme occidental de connaître un grand développement, par suite de l'importance de la papauté à Rome, ville évangélisée par les apôtres Pierre et Paul. En 800, un Empire romain occidental indépendant se forme, avec à sa tête Charlemagne, couronné empereur par le pape Léon III.

Au début des années 1000, la conquête de Jérusalem par les musulmans signifiant que les lieux saints associés à la vie de Jésus seraient désormais sous le contrôle d'une puissance non chrétienne, une première croisade est organisée en 1095 et parvient à établir un royaume latin à Jérusalem et à y nommer un patriarche, mais la ville passe à nouveau sous contrôle musulman un siècle plus tard, et le dernier domaine chrétien en Terre sainte tombe au bout de deux cents ans. Les croisades ont été un échec, n'arrivant pas à restaurer le christianisme à Jérusalem.

En 1309, la papauté fuit Rome et s'établit à Avignon, où elle demeure jusqu'en 1377. Cette période est suivie par le Grand Schisme d'Occident, durant lequel deux papes existent, jusqu'en 1417.

Des accusations de laxisme moral et de corruption financière à propos de l'Eglise aboutissent à la Réforme protestante :

L'Eglise convoque le concile de Trente, de 1545 à 1563, dans le but de contrer les thèses protestantes ; des réformes dans la liturgie, dans l'administration de l'Eglise et dans la formation de ses prêtres sont également adoptées.

Au début du 17ème siècle, des pasteurs anglais dissidents adoptent la doctrine fondamentale de la Réforme, associée au baptême par immersion, d'où le nom de baptistes, la séparation de l'Eglise et de l'Etat ainsi que l'autonomie des Eglises locales. Ils représentent un courant religieux important (30 millions de fidèles aux Etats-Unis).
Au 19ème siècle, le mouvement des mormons est basé sur le livre de Mormon, texte ancien traduit et publié pour la première fois en 1830 aux Etats Unis par Joseph Smith. 5 millions de fidèles sont dénombrés.
Egalement aux Etats Unis, au début du 20ème siècle, apparaissent les Témoins de Jéhovah, attachés à la Bible mais en conflit avec tout pouvoir, célèbres par leur prise de position contre la transfusion sanguine. Leur mouvement est souvent qualifié de secte ; c'était aussi ce même mot qui était employé deux mille ans plus tôt à propos de l'église chrétienne.

La doctrine

Le Dieu chrétien est Amour (il aime l’humanité entière) et non terreur et domination. La morale chrétienne contient l’amour des ennemis, le courage de la vérité, le désintéressement, la responsabilité de l’existence, la hiérarchie des valeurs, le combat pour la liberté, la volonté de paix entre les hommes.
Les chrétiens considèrent Jésus comme "Fils de Dieu". Le langage de Jésus, ainsi que sa vie, témoignent d'une étroite intimité à Dieu et donnent aux disciples désireux de suivre son exemple l'espoir de devenir eux-mêmes fils de Dieu. La crucifixion de Jésus et sa résurrection ont été considérées par les premiers chrétiens comme la preuve que Jésus est celui qui a réconcilié l'humanité avec Dieu. La croix est ainsi devenue le symbole chrétien de l'amour de Dieu.

Le culte

Deux rituels caractérisent le christianisme :

Fêtes chrétiennes

L'Eglise

Elle est constituée par la communauté des croyants. Il a été mis en doute que Jésus ait eu l'intention de fonder une Eglise, mais ses disciples ont toujours été convaincus que Jésus avait, en choisissant Simon et en lui disant : "Tu es Pierre, et sur cette pierre, je bâtirai mon Eglise", et en réunissant douze apôtres, l'intention de fonder une Eglise, "la sainte Eglise catholique".

Au cours des siècles, le christianisme s'est chargé d'institutions éloignés de l'enseignement initial, ayant suscité des mouvements de réforme:

L'art chrétien

Le christianisme a engendré des chefs-d'oeuvre dans tous les arts, architecture, sculpture, peinture, musique.

Les grands initiés liés au christianisme

Selon les informations du Maître de Benjamin Creme (La Mission de Maitreya tome I ou III).
étaient tous de grands initiés.

De nombreux saints chrétiens sont reconnus, en particulier par l'Eglise catholique, comme Sainte Marie mère de Jésus, Saint Augustin, les Apôtres comme Saint Marc, Saint Luc, Saint Matthieu, Saint Thomas, étaient aussi des initiés mais d'un moindre degré.


Bibliographie

Retour à l'index de l'encyclopédie.

Toute copie ou reproduction intégrale ou partielle destinée à une utilisation collective, faite sans le consentement de l'auteur, est illicite. Voir les conditions à la page Echanges/infos.

Date de création: 31/08/2000; mise à jour 15/06/2011 version 1.5