Le shintoïsme


Généralités

Le shintoïsme est une religion japonaise ou la religion japonaise, selon les points de vue. Shinto veut dire voie des kami, les kami étant des dieux invisibles. Elle est devenue la religion officielle de la cour impériale en 593, jusqu'au milieu du 20ème siècle où elle était toujours religion d'état. Aujourd'hui elle est encore très pratiquée, même si le bouddhisme avec lequel elle a cohabité pendant 1500 ans a tendance à prendre le pas sur elle, en particulier la forme zen.

Les shintoïstes sont estimés à 100 millions dans le monde.

Histoire du shintoïsme

Il n'est pas établi formellement depuis quand cette religion existe. Certains ont fait la relation avec la culture Jomon, datant de 11000 ans. D'autres sources font remonter la religion à 700 ou 300 avant J-C.

En 593, le prince Taishi décrète que le shinto est la religion officielle de la cour impériale (ce statut a été maintenu jusqu'en 1946).

Suite à une demande de l'empereur Temmu en 682 de collecter les faits marquants de son pays, les mythes d'origine du Japon ont été regroupés en 712 dans un livre appelé Kojiki, "notes sur les choses anciennes", qui est devenu le livre sacré du shintoïsme.

"Doctrine" du shintoïsme

A l'origine du monde, il existait trois divinités du ciel ; les différentes générations de dieux qui ont suivi et les prises de possession des îles du pays sont relatées dans le Kojiki.
La notion de survie après la mort a beaucoup évolué au cours des siècles, mais est clairement admise.

Les kami contrôlent tous les aspects de la vie humaine et de la nature. Il en existe de différents types: dieux et déesses, esprits qui animent la nature, âmes des ancêtres.
La divinité shinto la plus célèbre est la déesse du soleil, Amaterasu, représentée ci-dessous.

Le bouddhisme a merveilleusement cohabité avec le shintoïsme, ne cherchant jamais à le supplanter, à détruire ses sanctuaires, ni même à critiquer ses pratiques.

Rites et pratiques

De nombreuses fêtes ou matsuri donnent l'occasion aux pratiquants de se retrouver dans les sanctuaires: fête de l'An neuf, fête des poupées, fête des garçons, fête des enfants, rendant le monde terrestre aussi important que le monde céleste.
La cérémonie de mariage est encore souvent pratiquée selon le rite shinto. Le rituel de purification est effectué par un prêtre shinto à l'aide d'une branche de sakaki sacré.

Le sumo, sport national japonais, provient d'un rituel shinto rendant hommage aux kami.

Des pèlerinages sont organisés dans les sanctuaires, pour demander la protection des dieux et faire des requêtes très personnelles.

Les temples shintoïstes

Il existe au Japon 80 000 sanctuaires ; les plus imposants possèdent un torri, sorte de porche non fermé, qui signale l'entrée dans le lieu sacré.

Torri du temple
shinto de Miyajima.


Bibliographie

Retour à l'index de l'encyclopédie.