Spiritualité et compétition


Introduction

La fin du 20 ème siècle et le début du 21 ème sont marqués par une compétition tous azimuts, la vitesse et la puissance étant reines dans tous les domaines, être le premier ou le meilleur étant admis comme signe de supériorité. S'il est un domaine où ces qualités n'ont pas d'intérêt, c'est bien celui de la spiritualité.

La compétition sportive

"L'important, c'est moins de gagner que de prendre part". Cette phrase a été prononcée en 1908 par l'évêque de Pennsylvanie lors des jeux Olympiques de Londres, puis reprise par Pierre de Coubertin, à qui on attribue aujourd'hui la paternité sous la forme condensée "l'important, c'est de participer".
Pierre de Coubertin a bien écrit par contre: "L'effort est la joie suprême; le succès n'est pas un but, mais un moyen pour viser plus haut."

Si tout le monde connaît cette phrase célèbre, peu la suivent. Cet idéal est loin d'être l'attente des responsables sportifs, des athlètes, des journalistes et du public. Les sports d'équipe, surtout les plus médiatisés comme le football, sont l'objet de passion déraisonnable et l'effet de foule se charge de les rapprocher des jeux de gladiateurs romains il y a 2000 ans. Sans doute les sportifs ne s'entraînent pas pour réaliser de mauvais résultats, mais la formule "que le meilleur gagne" n'est pas toujours acceptée par les supporters.
Le sport d'équipe subit les difficultés de tous les groupes, en particulier l'égo de certains membres, alors que l'intérêt général devrait primer sur les intérêts particuliers. Pour le sport individuel, le dépassement de soi devrait être préféré au dépassement des autres.

Un commentaire d'un journaliste relevé au hasard: "l'équipe a amélioré son agressivité". Il ne faut pas s'étonner si les joueurs et les spectateurs par voie de conséquence deviennent violents. L'esprit de compétition n'a rien à voir avec l'agressivité. On confond combativité et agressivité. Il est normal qu'un sportif soit combatif mais pas agressif.

Le rassemblement de milliers d'athlètes lors des Jeux Olympiques est, il est vrai, au moins le temps des cérémonies d'ouverture et de clôture, un "moyen de socialisation et de moralisation, et donc d'éducation de la jeunesse", comme l'a écrit P. de Coubertin.

Le professionnalisme dans la compétition, avec les cachets démesurés, la pression des sponsors et l'agitation des médias, a beaucoup détérioré l'éthique sportive.

Sri Chinmoy a encouragé le dépassement de soi, en particulier dans les activités sportives où il s'est avéré lui-même un moteur reconnu des athlètes les plus titrés. Le sport de haut niveau n'est pas qu'une affaire de forme physique: il exige la maîtrise du corps physique et une gestion intelligente de l'activité, mais il est facilité par la maîtrise des émotions et par un certain détachement devant le résultat à tout prix.

La compétition dans la vie économique et financière

La compétition entre les grandes sociétés industrielles se traduit inévitablement par un gaspillage d'énergie, par la mise sur le marché de produits inutiles, parfois dangereux. Les banques qui prêtent l'argent nécessaire à ces opérations et aux besoins des citoyens attirés par la publicité, ont mis en place des systèmes et des méthodes qui ont conduit à la crise d'octobre 2008. Tant a été dit en quelques mois qu'il est inutile d'insister.

La compétition dans la vie professionnelle

La compétition industrielle induit le surmenage des employés, qui conduit au stress et qui déborde finalement dans la vie familiale et dans le comportement social. Le problème est aggravé par la compétition qui s'exerce entre les salariés eux-mêmes, à l'intérieur des entreprises ou administrations, provenant de l'arrivisme des personnes ou de la pression de leurs responsables, le plus souvent des deux.

La compétition dans les études

Dans la plupart des grands pays, l'éducation est une priorité, mais trop souvent elle se transforme en une course aux diplômes, imposée par l'exigence des demandes d'emploi. Aller aux USA ou en Angleterre pour compléter son CV est un plus très apprécié. Une certaine élite peut ainsi, moyennant finances, se préparer un avenir plus favorable. Pour ceux qui ne terminent pas leurs études avec un diplôme valorisé, la quête des petits boulots aléatoires et temporaires est un vrai problème d'insertion et de reconnaissance sociales. Au Japon, le taux de suicide des étudiants n'ayant pas réussi leurs études est alarmant.
En général, le diplôme n'étant qu'un gage de capacité à comprendre, analyser et s'adapter, la vraie formation voulue par l'employeur étant assurée en interne ou dans des stages spécifiques externes. Par contre, des qualités comme l'innovation, l'enthousiasme et la conscience professionnelle dans le travail ne s'acquièrent pas dans des modules de formation.
La compétition est rude au niveau des études mais aussi lors de la mise à niveau (formation professionnelle continue) des salariés plus anciens, qui après 20 ou 30 ans de carrière se trouvent souvent progressivement en difficulté face à leurs collègues plus jeunes, notamment dans les domaines d'évolution technologique rapide.

La compétition dans la vie politique

La compétition a lieu non seulement entre les différents partis voulant accéder au pouvoir, mais aussi à l'intérieur des partis eux-mêmes: triste spectacle pour un grand parti français en novembre 2008!

La compétition dans la vie religieuse

Les guerres de religion, les croisades, l'affrontement entre protestants et catholiques, entre musulmans et juifs, entre musulmans et chrétiens, entre musulmans et indous, pour ne citer que ces exemples, montrent combien la vie religieuse a été l'objet de compétitions acharnées au cours de l'histoire, et le demeurent encore dans certains cas aujourd'hui. Faut-il le rappeler, ces exactions ont toujours été le fait de chefs religieux et de leurs ministères sans rapport avec les enseignements des instructeurs spirituels d'origine.

Et la spiritualité?

La vraie spiritualité, recherche authentique de l'homme sur sa condition et son devenir, qui peut s'appuyer sur l'enseignement des grands sages de la planète, mais qui est au delà de toute structure, n'a rien à voir avec les querelles mesquines qui président à la plupart des formes de compétition observables dans la vie quotidienne.

Retour à l'index de l'encyclopédie


Toute copie ou reproduction intégrale ou partielle destinée à une utilisation collective, faite sans le consentement de l'auteur, est illicite. Voir les conditions de copie à la page Echanges/infos.

Date de création: 20/12/2008, mise à jour 02/03/2010, version 1.1