Saint Jean de la Croix


Introduction

Saint Jean de la Croix a été un grand instructeur spirituel espagnol, contemporain et ami de Ste Thérèse d'Avila; mystique, réformateur et poète, il a laissé une forte emprunte.

Sa vie

Juan de Yepes est né en Castille en 1542, à Fontiveros. Il perd son père très tôt, ce qui entraîne sa famille dans la misère.

Il fait d'abord ses études au collège des Jésuites. Il est très doué pour la peinture et la poésie. En 1563, il entre au couvent des Carmes et prend le nom de frère Jean de Saint-Mathias. Il fait des études à Salamanque et est ordonné en 1567.

Il rencontre alors Thérèse d'Avila, et ce sera une étroite collaboration entre les deux saints pour la réforme du Carmel, doublée d'une profonde amitié. Il quitte le drap des mitigés pour la bure de la réforme et prend le nom de Jean de la Croix.

En 1572, il est envoyé à Avila comme confesseur du monastère des carmélites mitigées de l'Incarnation, dont Thérèse avait dû accepter la charge de prieure. Le nonce (ambassadeur du pape) Ormaneto, défenseur de la réforme, meurt en juin 1577; la querelle entre réformés et mitigés se trouve relancée et se traduit, dans la nuit du 2 au 3 décembre 1577, par l'enlèvement de Jean de la Croix. Il est emprisonné au couvent de Tolède, dans un trou de 2 m par 3, ne sort que pour les repas (pain et eau) pris à genoux par terre au milieu du réfectoire et est fouetté tous les vendredis par les frères.
Un beau jour, son gardien est remplacé par le frère Jean de Sainte Marie, qui lui procure du papier, de l'encre, puis du fil, une aiguille et des ciseaux. C'est grâce à lui que Jean de la Croix va pouvoir écrire dans un premier temps, puis s'enfuir plus tard. Il compose dans ces conditions difficiles quelques-uns de ses plus beaux poèmes, en particulier le Cantique spirituel. Le 15 août 1578, ayant reçu de la Vierge Marie la certitude de fuir, il s'évade et reprend sa place parmi les réformés, d'abord au couvent du Calvario.
De 1582 à 1588, il est prieur du couvent des Martyrs à Grenade et va produire une grande partie de son oeuvre.

Ses adversaires sont cependant tenaces, y compris parmi ses proches, et quand, en 1583, Thérèse d'Avila meurt, ils ont les coudées plus franches, et l'envoient avec d'incessantes missions de couvents en couvents, ce qu'il accepte toujours avec une égale humeur, le Mexique est même envisagé pendant quelques temps. Il part alors avec un âne et un fidèle compagnon qui deviendra un ami. Il fait de nombreuses haltes dans la nature, des marches dans la montagne, des méditations au milieu des fleurs.
Sentant sa fin proche, il brûle de nombreux documents; il meurt épuisé à 49 ans, le 14 décembre 1591, à Ubeda.

Il sera béatifié en 1675, canonisé en 1726 et docteur de l'Eglise en 1926.

Son oeuvre

Elle est réduite, car une grande partie a été détruite par lui-même. Mais ce qui reste est un chef-d'oeuvre. Il s'agit essentiellement de: Les trois poèmes les plus importants sont: Voici comment débute la Nuit obscure:
             Par une nuit obscure,
	Etant pleine d'angoisse et enflammée d'amour,
	       Oh! l'heureux sort!
		Je sortis sans être vue,
	Tandis que ma demeure était déjà en paix.
Jean de la croix a dit: "Ce que je me suis proposé dans cet écrit, c'est d'expliquer cette nuit de la contemplation à beaucoup d'âmes qui s'y trouvaient et qui n'en avaient pas connaissance."

L'enseignement de Jean de la Croix traite de l'union de l'âme avec Dieu, qu'elle soit le fruit de la démarche de l'ascension vers Dieu, ou de l'initiative divine dans la purification des sens et de l'esprit.
Il est plus basé sur l'Ancien Testament que le Nouveau. Mais il est tiré aussi de son expérience personnelle. En particulier, il avertit des "imperfections dans lesquelles tombent ordinairement les commençants ...".

L'homme

Qui mieux que Thérèse d'Avila peut parler de lui? Voici ce qu'elle dit:
"S'il est petit de taille, il est grand, je le sais, aux yeux de Dieu." et "Il semble que Notre-Seigneur le tienne de sa main, car nous avons eu ici (à Valladolid) pour nos affaires bien des occasions d'exercer sa vertu pour les autres -et je suis moi-même un exercice de vertu pour les autres- de sorte que je me suis plusieurs fois fâchée contre lui, et jamais nous n'avons vu en lui la moindre imperfection."

Compléments ésotériques

Le niveau d'évolution et les rayons de Saint Jean de la Croix ont été donnés par le Maître de Benjamin Creme (voir "La mission de Maitreya", tome III de Benjamin Creme).
Saint Jean de la Croix était un grand initié ayant franchi la 3ème initiation. Ame de 6ème rayon, c'était une personnalité de 6ème rayon (sous-rayon 6 également), son corps mental était aussi sur le 6ème rayon (sous-rayon 4) et son corps astral était sur le 4ème rayon (avec sous-rayon 6).


Bibliographie

Retour à l'index de l'encyclopédie.