Sainte Thérèse d'Avila



Introduction

Thérèse d'Avila a été une grande religieuse catholique espagnole au 16ème siècle.
En plus de son talent à réformer les couvents, elle s'est imposée comme un maître de la spiritualité chrétienne, fait remarquable à cette époque pour une femme.
Sainte Thérèse d'Avila.

La vie de Sainte Thérèse d'Avila

Thérèse d'Avila (Teresa de Cepeda y Ahumada) est née en Espagne, à Avila, le 28 mars 1515, troisième enfant d'une famille qui en comptera douze.

Sa jeunesse est partagée entre la prière et la fréquentation de ses nombreuse frères et cousins. Elle est intelligente, se passionne pour de nombreux sujets, et a le goût de la lecture. Elle est coquette à cette époque, selon ses propres aveux.
Elle perd sa mère à l'âge de 14 ans; elle poursuit ses études au couvent des Augustines. A 17 ans, elle ne se sent pas vraiment faite pour la vie religieuse, mais pas davantage pour le mariage.

C'est la lecture des "Epîtres de St Jérôme" qui provoque chez elle l'envie d'entrer dans la vie monastique. Son père n'est pas d'accord et lui demande d'attendre sa mort pour faire ce qu'elle veut. Elle n'attendra pas, car en 1535, à 20 ans, elle se rend au Carmel de l'Incarnation, monastère non cloîtré, qui suit la "règle mitigée", permettant aux religieuses de sortir et de recevoir des visites.

Elle prend l'habit le 2 novembre 1536, et s'en trouve satisfaite. Elle "fait profession" un an plus tard, en déclarant: "Je demande la miséricorde de Dieu et la compagnie de mes soeurs."

En 1538, gravement malade, elle rentre dans sa famille. Elle reçoit l'extrême onction, une tombe est même creusée, quand elle sort d'un coma de plusieurs jours. Elle retourne au monastère et reste dans un état de souffrance pendant 3 ans. Implorant St Joseph (dont elle dira plus tard que "les âmes gagnent beaucoup à se confier à lui") elle se remet à marcher. Elle a alors 25 ans.

Elle utilise son droit de visite, comme les autres soeurs, et fait même la connaissance d'un homme pour qui elle a "beaucoup d'affection". Elle reçoit alors des signes évidents d'arrêter cette fréquentation.

En 1554, elle voit, dans l'oratoire, une statue de Jésus couvert de plaies et en est profondément troublée; elle se met alors à genoux et supplie d'être "fortifiée". Cette année, elle lit les "Confessions" de St Augustin et se découvre des points communs avec lui. Ces deux événements marquent un autre tournant dans sa vie. En cette année également, la crainte du "Démon" l'obsède, et divers Jésuites s'étant installés à Avila, l'aident à sortir de ce mauvais passage.

En 1555, après des exercices religieux de plus en plus stricts, elle a diverses visions, dont celles de Jésus.

En 1556, elle rencontre le Père Baltazar Alvarez qui devient son confesseur et dont elle dira qu'elle a fait de grands progrès avec lui.

Un soir d'avril 1560, un ange apparaît à ses côtés et lui transperce le coeur avec un "dard en or".
Après la mort de Ste Thérèse, les médecins confirmeront que le coeur avait bel et bien été atteint.
(voir le § Mort de Ste Thérèse).

Au mois d'août de la même année, elle rencontre Pierre d'Alcantara, futur saint, mais déjà reconnu comme tel, qui "l'éclaire immensément".

Rencontre avec l'ange
Sculpture de Bernin.

En août 1562, préoccupée depuis longtemps par le "relâchement de discipline qui règne chez les carmélites", elle fonde le couvent de St Joseph d'Avila avec l'autorisation de Rome et l'appui de Pierre d'Alcantara. Dans ce couvent, les carmélites doivent observer la règle primitive du Carmel. La population et les autorités locales y sont hostiles; toutefois, mais après de nombreuses difficultés, cette réforme approuvée par Rome s'étendra à toute l'Espagne.
Pierre d'Alcantara meurt en octobre 1562 et lui apparaît quelques temps après "dans une immense gloire" pour lui donner conseil.

A partir de 1565, elle vit des expériences de lévitation qu'elle ne peut empêcher, mais demande aux soeurs qui en sont témoins de ne rien dire.

Deux ans plus tard, débute la création de seize Carmels féminins qui durera près de vingt ans, avec sa contribution et celle de Saint Jean de la Croix, qui devient son ami. Elle dit de lui: "S'il est petit par la taille, il est grand, je le sais, aux yeux de Dieu."

Elle aura beaucoup d'ennuis de la part des autorités ecclésiastiques locales des divers monastères (tout comme St Jean de la Croix), avec les moniales aussi; elle voyagera par tous les temps, ce qui l'affaiblira progressivement.

La mort de Sainte Thérèse d'Avila

Sentant sa fin proche en septembre 1582, elle désire rentrer à Avila, mais on lui demande de faire un détour à Alba pour l'accouchement de la duchesse d'Albe. Elle perd connaissance, vomit du sang et reste clouée au lit dans le monastère de l'Annonciation de Notre-Dame du Carmel. Elle ne retournera pas à Avila, rendant son dernier soupir le 4 octobre.

Neuf mois après sa mort, le cercueil est ouvert, et son corps est trouvé intact. Et comme souvent dans ces cas là, pour des raisons difficiles à comprendre, il est découpé en morceaux; ceux-ci sont envoyés dans toute l'Espagne, Lisbonne et Rome. Le coeur, en particulier, est toujours exposé dans l'église des Carmélites d'Alba de Tormès.
Un chirurgien en a fait une description détaillée, insistant sur une déchirure: "elle est longue, étroite et profonde, et pénètre la substance même de l'organe, ainsi que les ventricules. La forme de cette ouverture laisse deviner qu'elle a été faite avec un art consommé, par un instrument long, dur et très aigu; et c'est seulement à l'intérieur de cette ouverture que l'on peut reconnaître des indices de l'action du feu ou d'un commencement de combustion...".
Cela confirme la description que Thérèse a faite de sa rencontre avec "l'ange": "Je voyais donc l'Ange qui tenait dans la main un long dard en or, dont l'extrémité en fer portait, je crois, un peu de feu. Il me semble qu'il le plongeait au travers de mon coeur et l'enfonçait jusqu'aux entrailles [...] La douleur était si vive qu'elle me faisait pousser des gémissements dont j'ai parlé [...] Ce n'est pas une souffrance corporelle [...] C'est un échange d'amour si suave entre Dieu et l'âme..." Cette rencontre a été sculptée par Bernin (1652) et baptisée "Transverbération de sainte Thérèse" connue aussi comme Extase de Sainte Thérèse, exposée à Santa Maria della Vittoria de Rome.
Trois cents ans après la mort, trois médecins ont confirmé l'état de conservation, lequel selon eux, ne pouvait être obtenu par aucun moyen connu.

Oeuvre de Sainte Thérèse d'Avila

Sainte Thérèse d'Avila est considérée comme un maître de la spiritualité chrétienne; elle a redonné à l'église catholique, avec St Jean-de-la-Croix, une authenticité, une humilité et une discipline qui lui faisaient défaut à ce moment.

Elle a laissé des écrits humbles dans un style direct, proche de la conversation.
Le "Livre de la vie", écrit en 1562-1565 est une véritable autobiographie spirituelle.
Elle décrit son action en 1573 dans le "Livre des fondations" (publié en 1610) ; pour les moniales du couvent d'Avila, elle donne des conseils pour suivre le "Chemin de la perfection" (commencé en 1562, publié en 1583).

Le "Livre des demeures ou le Château intérieur" (1577, publié en 1588) est une description des sept degrés que l'âme doit franchir pour parvenir à l'union avec Dieu. "Ce château a de nombreuses demeures... au centre se trouve la principale où se passent les choses les plus secrètes entre Dieu et l'âme."

Canonisée en 1622, elle a été la première femme à être proclamée docteur de l'Eglise en 1970.

Compléments ésotériques

Le niveau d'évolution et les rayons de Sainte Thérèse d'Avila ont été donnés par le Maître de Benjamin Creme (voir "La mission de Maitreya", tome III de Benjamin Creme).
Elle avait atteint la 3ème initiation; c'était une âme du 6ème rayon, qui avait une personnalité du 6ème rayon également (donc très liée au Maître Jésus), un corps mental du 3ème rayon et un corps astral du 4ème rayon.



Bibliographie

Retour à l'index de l'encyclopédie.

Toute copie ou reproduction intégrale ou partielle destinée à une utilisation collective, faite sans le consentement de l'auteur, est illicite. Voir les conditions à la page Echanges/infos.

Date de création: 15/10/2001; mise à jour 28/09/2006version 1.3