Teilhard de Chardin


Introduction

Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955), humaniste français, à la fois prêtre jésuite, géologue et paléontologue, philosophe et théologien, a donné une interprétation évolutionniste de l'humanité et de l'univers que l'Eglise catholique n'a pas retenue.

Sa vie

Pierre Teilhard de Chardin est né le 1er mai 1881 en Auvergne, à Orcines près de Clermont-Ferrand, dans un milieu noble et catholique.
Très jeune, il s'intéresse aux sciences naturelles et en particulier à la géologie. Il fait ses études en collège jésuite, devient novice de la Compagnie de Jésus en 1899 et est ordonné prêtre en 1911.
Passionné par les sciences naturelles, en particulier la géologie, il entre en 1912 au laboratoire du Muséum d'histoire naturelle. Après la guerre de 1914-1918, il obtient une licence puis un doctorat de sciences naturelles en 1922, avec une thèse de paléontologie dans laquelle il aborde déjà le thème de la science et la foi.
Il devient professeur de paléontologie et géologie à l'Institut catholique de Paris. Sa compétence étant reconnue dans les organismes scientifiques internationaux, un poste au Collège de France lui est proposé mais la hiérarchie catholique s'y oppose.


Il effectue des missions scientifiques en Asie de 1923 à 1946. Ainsi, en 1929, il fait des découvertes en Chine sur "l'homme de Pékin". Entre 1935 et 1938, il fait des recherches en Inde, en Birmanie puis à Java.

Il s'installe définitivement à New York en 1951. Il effectue des fouilles sur les australopithèques en Afrique qui le conduisent à l'hypothèse d'une origine africaine de l'Homme (Homo sapiens).

Il meurt à New York le 10 avril 1955.

Son oeuvre

L'intérêt du travail scientifique de Teilhard de Chardin a été unanimement reconnu, et se sera pas développé dans cette page qui n'en est pas l'objet.

Les résultats de ses recherches sur le développement de l'homme préhistorique l'ont conduit à une conception très moderne de la place de l'Homme dans l'univers. Pour lui, il est nécessaire qu'un dessein soit à l'origine et à l'évolution du monde, qui n'est pas le fruit du hasard. Ce point de vue est partagé naturellement par de grands instructeurs spirituels mais aussi par de grands scientifiques, en particulier les physiciens de l'univers (relativité, astrophysique).
Il a décrit les étapes de l'évolution:

Une deuxième aspect de son oeuvre est que l'humanité cherche profondément l'unité au delà des apparences.
Un autre aspect notoire de son travail est l'effort pour concilier science et foi.
Son ouvrage principal, "Le Phénomène humain", contient sa vision de l'évolution de l'univers comme un processus guidé dans lequel les deux notions de la physique moderne et de la spiritualité, matière et énergie -la dernière étant à la base de la première- apparaissent dans une complexité croissante.
Pour Teilhard de Chardin, il n'y a rien de profane pour qui sait voir (les grands sages ne disent pas autre chose).

La pensée de Teilhard de Chardin a provoqué les reproches de l'Eglise catholique: le concept de Dieu et du monde ressemble trop à celui de la philosophie de Spinoza (panthéisme), et les notions de mal et de péché sont minimisés au détriment de la notion de progrès continu.
Il faut savoir que Teilhard de Chardin n'a pas été autorisé de son vivant à publier ses écrits autres que ses travaux scientifiques. "Le Phénomène humain" et "le Milieu divin, essai de vie intérieure" ont été publiés respectivement en 1955 et 1957. Après s'être opposée à son poste de professeur au Collège de France, lui avoir interdit de publier ses ouvrages théologiques, l'Eglise catholique a lancé en 1962 une mise en garde après la publication posthume de ses livres!.

Son oeuvre a aussi été critiquée par certains scientifiques, en particulier Jacques Monod, l'accusant de détourner la science de son objet.

Teilhard de Chardin a été plus spirituel que religieux, dans ce sens qu'il a eu une intuition de la dimension supérieure de l'Univers, guidée par ses recherches scientifiques, plutôt que de s'être contenté de répéter les positions des théologiens du passé.

Compléments ésotériques

Le Maître de Benjamin Creme (voir "La mission de Maitreya", tome I ou III) a indiqué que Teilhard de Chardin avait atteint la 2ème initiation et s'approchait du début de la polarisation spirituelle; rayons: âme 2, personnalité 6, corps mental 3, corps astral 2.


Bibliographie

Retour à l'index de l'encyclopédie.

Toute copie ou reproduction intégrale ou partielle destinée à une utilisation collective, faite sans le consentement de l'auteur, est illicite. Voir les conditions à la page Echanges/infos.

Date de création 14/12/2007, version 1.0